Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2009

"Down by the sea... Wouldn't that be smashing?"

Continuons donc allégrement notre merveilleux feuilletton "les aventures d'étudiantes Erasmus découvrant les beautés de l'Angleterre", car samedi nous avons bravé les éléments pour aller à Herne Bay... à 11km de Canterbury.

Bon dit comme ça ça fait pas super destroy, mais reconnaissez que prendre le bus c'est déjà une aventure en soi, ça demande un bon niveau 3 en lecture d'horaires obscures avec un bonus de compétence pour comprendre la logique des trajets de bus, bref ce n'est pas à la portée du premier venu...

Herne Bay donc est une de ces petites stations balnéaires comme il y en a tant sur la cote anglaise (enfin la cote anglaise habitable par autre chose que des contrebandiers, des écrivains romantiques et des méchants de James Bond...), qui a connu une vague de popularité à l'époque victorienne, lorsque aller à la mer est subitement devenu à la mode, avant de retomber un peu à l'abandon après... Reste un village sympathique, quelques jolis batiments, et bien sur la mer.

A peine descendues du bus, une force irresistible et probablement magique nous a poussé vers une mystérieuse boutique de l'autre coté de la rue...

P1030034.JPG

Boutique habritant... l'un des plus sublissimes bric-à-brac qu'il m'ait jamais été donné de voir. Franchement, j'adore le mot bric-à-brac, (qui d'ailleurs, et je viens de le découvrir, est invariable au pluriel, dingue non?) on a rarement l'occasion de bien l'utiliser, et là, c'est juste magnifiquement approprié. Vous voyez le sous-sol de Moulinsart où Tintin se fait poursuivre à la fin du Secret de la Licorne? Ou la Salle sur Demande où Harry planque le livre du Prince de San-Melé? Ben pareil. (oui j'ai une culture immense qui me permet de m'adapter à la grande variété de mon public, on est blogueuse ou on ne l'est pas...)

P1030035.JPG

(Evidemment la chose bougeait et parlait quand on passait devant, ahahah...)

P1030036.JPG

(des recherches sont encore en cours pour tenter de comprendre quel est le système de classement/rangement utilisé par ce magasin...)

P10300372.jpg
*
P1030039.JPG
P1030041.JPG
P1030046.JPG
P1030048.JPG

Bref, j'espère que les photos parlent d'elles-meme, meme si elles ne rendent pas compte du quart de la magnificence du bordel ambiant. Forcément un endroit comme ça il faut limite me menacer de mort pour réussir à m'en faire sortir, et je ne pouvais malheureusement pas compter sur mes camarades, elles aussi complètement ensorcelées... Mais au prix d'un effort surhumain nous avons quand meme réussi à sortir pour continuer à descendre vers la mer.

P1030051.JPG
P1030053.JPG
P1030055.JPG

 

Et enfin, au bout d'une rue...

P1030075.JPG

(les choses blanches au fond ce sont... des éoliennes.)

P1030056.JPG

P1030062.JPG

La meeeeeer.....

 

Avec une jolie promenade, et un pier au loin qu'on a pas eu le temps d'aller voir. Parce que le but de notre visite de situait de l'autre coté, à savoir:

P10300662.JPG

Le fort de Reculver, à environ 1h de marche selon nos informations. Oui c'est loin, et long, c'est pourquoi nous avons décidé dans un accord tactique de manger avant, et nous sommes donc parties en quete du Fish & Chips parfait, que nous avons finalement trouvé, mais je vous épargnerai les photos parce que ça fait vraiment trop peur (mais c'était délicieux)


P1030069.JPG
*
P1030074.JPG

(C'est quand on a voulu convertir la chose en km qu'on s'est rendues compte que notre groupe, bien que multicuturel, manquait cruellement de quelqu'un sachant faire une multiplication à plus de deux chiffres...)

 

Après avoir dégusté cette grande spécialité grande-britonne, nous sommes donc parties le long de la plage. Le temps était par-fait, ensoleillé, avec juste un peu de vent mais pas trop. Si j'avais des bruits de mouettes et de vagues sous la main je vous les metterais bien pour meubler, mais je n'en ai pas, alors il va falloir utiliser votre imagination pendant que vous admirez ces sublissimes images:

P1030079.JPG
P1030084.JPG
P1030085.JPG

ma future maison (oui tout au long du trajet on s'est chacune choisie une future maison, et non nous n'avons pas 5 ans d'age mental...)

P1030086.JPG
P1030087.JPG

Pendant ce temps de l'autre coté:

P1030094.JPG
P1030095.JPG
P1030101.JPG

 

La chose a commencé à devenir technique quand nous avons du quitter la promenade pour continuer sur la plage, mais rien ne pouvait arreter nos esprits vaillants, et nous avons meme décidé de chanter pour nous donner du courage et échanger ainsi les plus grands tubes de nos pays respectifs. Autant vous dire que le monde de la pop espagnole ne semble connaitre absolument aucune limites...

Pendant ce temps le fort se rapproche doucement...

P1030109.JPG
P1030113.JPG
P1030114.JPG
P1030116.JPG

 

Et enfin... tadaaaaa

P1030129.JPG

Le fort de Reculver donc, qui comme vous pouvez le constater a un peu une drole de gueule. A la base c'était un fort romain, qui a été reconverti en église au XIIème siècle. Il a ensuite été partiellement détruit au début du XIXème siècle, et je soupçonne que ce soit un coup d'un de ces romantiques dont l'Angleterre a le secret pour rendre l'endroit plus inspirant...  La vue sur la mer est bien sur magnifique, et l'es ruines en elles meme ne manquent pas de charme non plus.

C'est donc parti pour la série de photos over romantique pleine de vieilles pierres, de soleil couchant et de cheveux dans le vent à la Chateubriand.

P1030131.JPG
P1030141.JPG
P1030142.JPG
P1030125.JPG

 

Mais voilà, il commence à faire froid, et nuit, puisqu'il est quand meme déjà 16h (et oui...), et il est donc temps de songer à rentrer, ce que nous décidons de faire par le dessus de la colline plutot que de se retaper la plage by night mit vent violent. Ne nous voilons pas la face, en voulant s'enfoncer dans les lotissements qui occupent une partie de la colline un peu plus loin, on s'est quelque peu paumées, mais on a aussi appris plein de trucs: que certains chanteurs italiens étaient vachement populaires en Espagne, que la passion pour Colin Firth était transculturelle, et que l'acteur français le plus connu en Europe était incontestablement Adrian Brody... J'ai aussi appris qu'Orlando Bloom était né à Canterbury, ce qui m'a fait un certain choc... Forcément dans ma petite mythologie personnelle tout les acteurs britanniques sont beaux, charismatiques et talentueux, alors j'avais un peu zappé que ce cher Orlando était un sujet de sa gracieuse majesté... Bref, ce fut follement intellectuel.

P1030148.JPG
P1030149.JPG

(Herne Baaaay, on y est preeesque....)

P1030151.JPG
P1030154.JPG

(quoi c'est pas beau une cabine téléphonique by night??)

 

Nous sommes finalement arrivées juste à temps pour choper un bus et regagner nos pénates canterburyiennes saines et sauves. Au final, une très belle journée by the sea, et je pense qu'on reviendra surement faire y un tour un de ces jours.

 

La semaine prochaine nous essayerons de survivre à une visite du chateau de Dover, alors stay tuned!

22:59 Écrit par Eledhwen dans En direct d'Angleterre | Lien permanent | Commentaires (6)

27/11/2009

Mais de quel film peut bien venir cette image? (5)

Alors on sèche grave sur l'image précédente hein?

J'avoue c'est pas facile, mais n'hésitez pas à poser des questions et à faire chauffer IMDB et Wikipédia, parce que franchement c'est pas le film le plus connu du monde... Laughing

Et puisque c'est si difficile, la personne qui trouvera aura droit à 2 points, parce que voilà c'est comme ça, c'est moi qui décide, personne ne peut m'empêcher de modifier les règles, the laws are mine, I'm the TIME LORD VICTORIOUS mouahahahaha!!! hum... anyway... Rolling Eyes

Cette semaine je vous ai choisi une image vachement choupinette:

vlcsnap-486441.png

Have fun! Laughing

Oh et j'ai rajouté mon adresse e-mail à droite, si vous voulez m'envoyer des mots doux et des colis piégés... (et vu les retards que j'ai je risque de recevoir plus de colis piégés... je prends le risque...)

Donc oui la note sur Londres arrive, j'ai pas eu trop le temps cette semaine, sorry (pas ma faute si j'ai du travail, et une vie sociale, et si j'ai été traumatisée par la saison 3 de Torchwood...Rolling Eyes) Pour me faire pardonner vous avez droit à une des plus belles chansons d'Oldelaf et Monsieur D, parce qu'on les a raté en concert et que c'est un peu la loose... Et évidemment écouter le reste de l'album ne fera de mal à personne (enfin si ça rend sûrement fou ou débile, mais c'est pas non plus dramatique quoi...)

 

 

edit: Aloooors l'image a été trouvée, je rappelle donc l'état des scores:

Daggounet: 2 (The Full Monty, Pee-Wee's Big Adventure)
reinechat: 1 (Mystic River)
Jeanne: 1 (Ladies in Lavender)

Et l'image de la semaine dernière reste encore un mystère... Le mois de décembre arrive bientôt, je pense que je rajouterai une dernière image d'ici quelques jours avant de clore la compet' de novembre et de désigner le glorieux vainqueur...  

22/11/2009

Dorian Gray...

J'ai cherché un titre fun... Mais en fait non...

Donc oui, il y a déjà deux bonnes semaines je suis allée voir Dorian Gray au cinéma. Évidemment j'y allais avec un peu d'appréhension puisque il s'agit d'une nouvelle adaptation du Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, plus connu dans ma petite mythologie personnelle sous le nom de "un de mes romans préférés que je connais par coeur jusqu'à la moindre virgule alors fait gaffe à ce que tu fais avec mec, je t'ai à l'oeil!" Rolling Eyes Laughing

Dorian Gray Movie.jpg

 

Hé ben… C'était pas terrible hein...

Alors en tant que film déjà c'est vraiment pas top. C'est même un catalogue assez complet de tout ce que je déteste dans le cinéma thriller/action en ce moment, tout à fait dans la lignée des nazeries pseudo-victoriennes à la Van Helsing et autre Arsène Lupin... Et que je fais mumuse avec la caméra, je zoom d'un coup, je ralenti, j'accélère à fond, sans compter l'abus des plans penchés, qui devraient toujours être consommés avec modération… Dieu que c'est moche, et fatiguant Rolling Eyes... Du coup, les décors et les costumes ont beaux être bien jolis (sans être exceptionnels) ils ne sont pas franchement mis en valeur… Le son est également insupportable, avec un abus "d'effet de lointain" (je ne connais pas le terme technique, vous savez quand on a l'impression que la personne parle de très loin ou sous l'eau) des effets sonores assez peu heureux (l'espèce de bruit de vomissement que fait le portrait à chaque fois que Dorian fait un truc mal… classe… Rolling Eyes) et une musique pseudo mystérieuse/planante très très lourde. C'est rare que ce genre de chose me gêne autant, mais là ça m'a vraiment choqué.

Passons aux acteurs. Bon Ben Barnes, il est bien mignon et il fait assez bien le jeune niaiseux qui se métamorphose en grand salopard, mais c'est pas non plus transcendant. Et puis il est loin d'avoir cette beauté divine qui attire tous les regards et qui donne envie de le contempler pendant des heures (sérieux au bout de 3 ou 4 gros plans moi j'avais déjà fait le tour…), sans compter qu'il n'est pas non plus follement expressif, mais bon il ne s'en sort pas si mal. Je me réjouissais de voir Colin Firth dans le rôle de Lord Henry, et comme je m'y attendais il est très bien, mais tristement sous-exploité, et il n'a ainsi pas droit au flamboiement du Lord Henry de George Sanders dans l'adaptation de 1945. Quel gâchis, le simple fait de sous-exploiter Colin Firth dans un rôle aussi génial, ça mérite des baffes... De la même manière Sybil Vane est parfaite, interprétée par Rachel Herd-Wood qui est décidément abonnée aux rôles de jolies rousses à la beauté préraphaélite (cf le Parfum), il faut dire qu'elle a parfaitement la tête de l'emploi et qu'elle est adorable de candeur, mais pareil on ne peut pas dire qu'elle soit très bien utilisée... Seul le personnage (rajouté) de la fille de Lord Henry, interprété par la Vicky de Vicky Christina Barcelona, apporte un peu de vie à tout cela...

Bref, non seulement le film n'a pas un grand interêt artistique mais en plus on ne peut pas dire qu'il soit vraiment prenant. Paradoxalement il manque de vie, de dialogues incisifs, de personnages creusés, de sensualité, et tout simplement de profondeur. Évidemment tous les propos un peu philosophiques du livre ont disparu, des allusions au dandysme, à l'art, et à l'hédonisme jusqu'aux réflexions sur la jeunesse et le bouleversement de la société à l'aube du XXème siècle. Disparue aussi toute la complexité de la double vie que mène Dorian, puisque ici les grands salons de la haute société et les bars mal famés se mélangent joyeusement dans un grand bordel (au sens littéral...) généralisé. Et bien sur, là où le livre restait toujours élégamment subtil, le film arrive avec ses gros sabots pour bien nous mettre le nez dans des trucs qu'on aurait largement pu comprendre tous seuls, merci bien. Oui on a compris qu'il y a des allusions homosexuelles et que les trois personnages masculins principaux sont un poil ambigus, oui on a compris que Dorian mène une vie de dépravé, merciii... ça tombe bien j'adoooore qu'on me prenne pour une gourde, c'est même ma grande passion dans la vie Rolling Eyes... Tout le talent du livre est de ne jamais trop en dire; on sait que Dorian mène une vie horrible, on devine des choses affreuses, des réputations bafouées, des amis trahis, de l'alcool, de la drogue et des femmes faciles... Mais on ne sait jamais vraiment, ce qui bien sur nous laisse le plaisir d'imaginer le pire... Ici on nous balance joyeusement à la gueule des scènes de bordel pas non plus franchement subversives, et tout à coup il nous parait bien inoffensif le Dorian...

Bon je passe sur les incohérences et les absurdités, sur les rajouts plus ou moins heureux (certains sont pas mal, d'autre euh...), sur l'abus d'effets spéciaux et sur la fin abominable... (Mais pourquoi vouloir changer la fin du livre? Elle est si parfaitement simple, si joliment tragique... Bon forcément elle est un peu subtile et manque d'explosions et de flammes géantes, mais quand même...) Franchement c'est un joyeux gâchis, d'ailleurs toute la salle était régulièrement morte de rire, je n'avais jamais vu ça...

Bref, je pensais à Sweeney Todd et à son Londres délicieusement poisseux et grouillant, rempli de personnages à double face (j'ai alors réalisé qu'inconsciemment il y avait beaucoup de choses dans Sweeney Todd qui m'avaient fait penser à Dorian Gray, jusqu'au petit Anthony qui ferait un très bon Dorian d'ailleurs), et au Scorsese du Temps de l'Innocence qui n'a pas son pareil pour nous faire resentir l'hypocrisie et le mélange de retenue et de sensualité de la haute société de la fin du XIXème siècle, et je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que non, franchement, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans ce film... 

J'ai cherché la date de sortie en France mais elle a complètement disparue de la toile, bizarrement après l'accueil assez peu chaleureux qu'a reçu le film ça ne m'étonne pas trop que les distributeurs se soient fait la malle... Enfin, si quelqu'un d'autre a l'occasion de le voir, ça m'intéresserait d'avoir un autre avis.

Sur ce je m'en vais relire le livre et me retrouver MES personnages à moi que j'aime. Mon Lord Henry qui a la classe, mon Basil probablement-ambigu-mais-on-sait-pas-trop-et-c'est-bien-mieux-comme-ça, et mon Dorian dont Jude Law n'est qu'une pâle copie... (Car oui, vous saurez que j'ai lu Dorian Gray avant de découvrir Jude Law, ne suis-je pas follement bien éduquée comme fille? Cool)
(Remarquez, je ne suis pas sure qu'Oscar Wilde fasse vraiment partie de l'éducation de base d'une jeune fille de bonne famille Rolling Eyes... Mais que voulez vous, ce n'est pas de ma faute si j'ai grandi dans un environnement malsain où on m'a poussé à lire des trucs impies et inadaptés à ma fragile sensibilité féminine, je devrais me plaindre tiens...)

20:08 Écrit par Eledhwen dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (10)