Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2012

Tinker, Tailor, Soldier, Spy (La Taupe)

Le film divisant pas mal, j'éprouve une très forte envie de ramener ma fraise .

936full-tinker-tailor-soldier-spy-screenshot.jpg

C'était une de mes grosses attentes de ce début d'année, depuis que j'avais vu la bande-annonce lors de son passage au festival de Venise, et que j'avais eu le bonheur de découvrir son casting parfait à la limite de l'orgie britanniquophile.... Et bien après deux visionnages, je fais définitivement partie des convaincus, j'ai même adoré, et c'est un de mes gros coups de cœur de ce début d'année. Après, une histoire d'espionnage au moment de la Guerre Froide, l'Intelligence Service, la fine fleur des acteurs britanniques serrée dans des beaux costumes gris, limite on dirait que c'est un film fait exprès pour moi . On reproche beaucoup au film (et à John Le Carré en général d'ailleurs) d'être incompréhensible, mais honnêtement je l'ai trouvé bien plus facile à suivre que la plupart des autres films du genre. Alors c'est sur, il faut s'accrocher un peu, et c'est un film qui prend son temps, mais c'est aussi ce qui fait son pouvoir de fascination. Et puis quelque part, peu importe que l'on ne saisisse pas toutes les subtilités de l'intrigue, cela fait partie du jeu, et j'ai aimé la manière dont elle se révèle par couches successives, par récits imbriqués qui se complètent ou se contredisent, par on-dits... On suit ainsi très bien les enjeux de la danse macabre qui s'installe entre tous ces agents qui vivent dans un monde à part où collègues et ennemis se confondent si facilement. Il y a quelque chose de triste, et d'un peu vain, dans cette guerre entre services d'espionnage qui s'incarne dans ces hommes gris et fatigués au point d'envahir leurs gestes les plus quotidiens. Car les meilleurs espions sont ceux qui laissent leur fonction contrôler le moindre détail de leur vie, qui sont prêts à tout sacrifier pour se fondre dans le décor, pour finir par ne même plus avoir de visage, comme l'insaisissable Karla que plusieurs ont rencontré mais que personne n'est capable de décrire... Mais en arriver là est tellement difficile, car oui, il y a des cœurs qui palpitent sous la grisaille et le poids des missions et de l'administration, et cela est rendu avec beaucoup de subtilité et d'élégance par un casting sans fautes: Gary Oldman, qui en dit tellement d'un simple regard désabusé, Colin Firth, trop flamboyant pour son bien, Benedict Cumberbatch, toujours magnifique de sobriété et de justesse, Toby Jones, Tom Hardy, John Hurt... On a envie de citer tout le monde! Et ils arrivent tous à montrer le mélange de froideur et de faiblesses qui caractérise ces personnages, tout en leur donnant chacun une personnalité propre.

Tinker-Tailor-Soldier-Spy-image-7.jpg

Enfin je trouve le film absolument magnifique visuellement: c'est sur que ce n'est pas hyper festif, mais c'est typiquement un genre de mise en scène que j'aime beaucoup: très soignées, pleine de gros plans hyper précis et de cadres étranges avec des messieurs de dos... et les décors sont superbes et apportent beaucoup à l'esthétique stylisée du film. Bref, un film très riche, intelligent et classe, si vous aimez ce genre de choses et que vous savez un peu à quoi vous attendre (beaucoup de gens ont quitté la salle en cours de route...), je le recommande fortement!

VOILA, sur ce, j'ai une note sur Sherlock qui attend toujours desespérément que je la finisse (je pense avoir atteint les 8000 pages...), et Alice Liddell m'a taguée comme une malapprite, alors il va falloir que je réponde... See you soon!

23:00 Écrit par Eledhwen dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (4)