Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2010

En fait j'ai pas trop d'idée de titre....

Salut salut les copinous!

Alors que je me remets tout doucement d'un attentat à la sangria commis contre ma personne par de soi-disant amis, j'en profite pour remettre ce blog à jour, parce qu'il y a un peu du laissé aller là quand même.

Vous vous rendez-compte que l'année scolaire se termine dans deux semaines? C'est passé viiiiite... Heureusement que j'ai plein de méga plans pour meubler les six mois qui viennent sinon il y a de quoi péter un câble. Déjà j'ai décidé de me la jouer rebelle et de rester en Albion tant qu'on ne m'aura pas foutue dehors, c'est à dire jusqu'en juin, puisque de toute façon la Francie n'arrête pas de venir à moi à base de visites et de colis plein de bouffe. Alors voilà.

 

Mais bon, je n'attends pas les vacances pour faire des trucs cools. D'abord avec mes complices erasmusiennes on a décidé, il y a déjà quelques semaines, de profiter d'un samedi relativement ensoleillé pour... visiter Canterbury. Parce que c'est bien connu, on ne prend jamais le temps de visiter l'endroit où on habite, même quand ya des belles choses à voir, on a donc joué les touristes.

1ère étape: .... prendre des forces.

P1030573.JPG

Ben oui sortir de chez soi et prendre le bus c'est déjà vachement fatiguant, alors on s'est offert un bon petit dej avec des scones de Pise...

 

Puis nous avons commencé par visiter la fameuse Westgate Tower, dont j'avais parlé il y a déjà bien longtemps ici, une porte fortifiée qui faisait partie des anciens remparts et qui a servie de prison locale pendant un certain temps.

427831084.JPG
(ouais je recycle même mes vieilles photos)

Comme je suis une une blogueuse vachement consciencieuse et que toutes les excuses sont bonnes pour glander sur le net plutôt que de bosser, j'ai trouvé plein de supers infos ici, genre que c'est la plus grande des portes fortifiées qu'il reste actuellement en Angleterre (et oui, ya de quoi se la péter), qu'elle a été reconstruite telle qu'elle est maintenant au XIVème siècle, et que sous Henry VI on y a accroché  pour servir d'exemple, la tête d'un rebelle local nommé Bluebeard the Hermit (c'est pas trop trop cool comme nom ça?). Le site insiste aussi sur le fait que pendant des siècles ça a quand même pas été la marrade comme endroit, mais je crois que de ce coté-ci on a bien conjuré le sort.

A l'intérieur de la tour on trouve donc un mini musée qui rappelle quelques évènements marquants de l'histoire de la ville à travers des objets et des gravures, des coins trop darks, et des super jeux pour les nenfants (et beaucoup trop cools pour eux à mon humble avis.)

P1030578.JPG
P1030580.JPG

Mais surtout on peut monter tout en haut de la tour, et avoir ainsi une chouette vue de la ville.

P1030585.JPG
P1030582.JPG
P1030586.JPG
P1030594.JPG

Ya même un faux mec enfermé dans une des tourelles pour nous montrer que ça a servi de prison, mais je me fais toujours avoir à croire que c'est un vrai gens, et ça me fait remonter des vieux traumatismes d'Irlande et d'Ecosse...

 

Après ça on a continué à remonter dans le temps, direction le musée romain à quelques rues de là. C'est pas cher,  pas grand et assez intéressant quand, comme moi, on ne s'est jamais trop posé la question de savoir ce qu'il s'était passé à Canterbury avant qu'un mec vienne y construire une cathédrale. Et bien en fait, quelques siècles après la naissance de Jésus Christ, il fut un temps où l'endroit était une cité romaine digne de ce nom, avec thermes, forum, théâtre et tout le confort moderne. Seulement il n'en reste plus rien, à part des fondations et des objets retrouvés au cours de différentes fouilles plus ou moins récentes.

P1030598.JPG
P1030601.JPG

Bref, un musée sympa, qui permet de combler quelques lacunes.

 

Puis quelques jours plus tard je suis retournée à Londres, cette fois-ci en compagnie de ma charmante soeur. On a passé une bonne partie de la journée à Camden, à chercher des chaussures pas chères, des lunettes en forme de coeur et des robes avec des licornes zombies.

P1030614.JPG

Le pire c'est qu'on est quand même tombées sur des coins qu'aucune de nous n'avait vu lors de sa précédente visite, et on a probablement même pas encore tout vu. Je suis sure qu'il y a un système de couloirs qui se déplacent  dès que les visiteurs ont le dos tourné, ça peut pas être le pays d'Harry Potter pour rien... (Oooooh et si le Ministère de la Magie était planqué à Camden??? *_* ok arrêtez-moi...)

En tout cas, quoiqu'on trouve, c'est toujours aussi taré. On a notamment vu de magnifiques cartes postales pleines de bon goût, et visité l'endroit où les cyber-gens et les extra-terrestres en visite achètent leurs fringues fluos qui brillent dans la nuit... (mais j'ai pas de photos, les méchantes vendeuses aliens déguisées en pouffes nous en empêchaient, pire que la zone 51 le truc...)

P1030615.JPG
P1030621.JPG
P1030625.JPG
P1030626.JPG

 

Puis on est gentillement descendues vers Battersea à travers Chelsea et Kensington, que c'est vachement sympa...

P1030627.JPG
P1030629.JPG

Pour enfin arriver à Battersea Power Station.

P1030637.JPG

Cette centrale construite dans les années 30 et un élément assez mythique du paysage industriel de la ville. Déjà son étrange architecture semblant tout droit sortie de Brazil ou de 1984 la rend assez reconnaissable, mais elle occupe aussi une place assez importante dans la culture populaire londonienne. Sa célèbre photographie en couverture de l'album Animals de Pink Floyd (et non, je m'excuse auprès d'une certaine personne, je ne dirai pas que c'est l'un des plus meilleurs albums du monde, na! :p ) a probablement largement aidé à lancer cette popularité, mais on retrouve aussi Battersea Power Station dans plein d'autres endroits: de nombreux films y ont été tournés, de films d'Hitchcock et de Kubrick à l'Imaginarium du Docteur Parnassus, en passant par le dernier Batman, et les artistes britanniques jouent régulièrement avec son image de bâtiment totalitaire (elle a dernièrement servit d'usine à transformer les gens en Cybermen dans un double épisode de Doctor Who). Pour ma part je trouve l'endroit assez fascinant et j'espère qu'ils laisseront encore longtemps les gens tourner des trucs déprimants dedans.

 

animals.jpg
vlcsnap-2010-03-29-15h49m29s136.png


Et pour continuer dans le lieu mythique, on a fini la journée au Ten Bells, le pub de Jack l'Eventreur vers Whitechapel... Mais on a pas vu Jack l'Eventreur, ni d'inspecteur shooté à l'absinthe ressemblant à Johnny Depp...

 

Et le lendemain, retour à Canterbury avec petite visite de la cathédrale... (bon là j'avoue je sais plus quelles photos sont de qui, j'espère qu'on me pardonnera...)

P1030668.JPG
P1030673.JPG
P1030675.JPG
P1030681.JPG
 

Pour finir dans un de mes repères personnels, là où le mur est couvert d'horloges dont aucune n'est à l'heure, et où on mange des cupcakes avec des paillettes dessus.

P1030706.JPG
P1030712.JPG
P1030716.JPG
P1030725.JPG

The End!

21:19 Écrit par Eledhwen dans En direct d'Angleterre | Lien permanent | Commentaires (6)

12/12/2009

"The best of times is now"

Juste une petite note rapide pour commenter mon ultime excursion londonienne de 2009.

En arrivant on est allés manger dans le quartier chinois, et j'ai pu prendre des crèpes chelou en photos, ce qui a définitivement assis ma réputation de Française-obsédée-par-la-bouffe.

P1030258.JPG

Comme on avait 20 minutes à tuer avant le début de la pièce, on est allés trainer un peu à la National Gallery. Le truc merveilleux dans ces musées c'est qu'on a pas besoin de réserver 3 ans à l'avance ou de demander de l'aide à Passe-Partout pour trouver l'entrée: le musée est gratuit et seul un grand escalier sépare la porte d'entrée des premières oeuvres. On a seulement jeté un rapide coup d'oeil, vu Les Tournesols et les Impressionnistes (vous savez qu'ils nous ont piqué des Renoir et des Monet ces saletés?). Ce que j'ai le plus apprécié (en dehors des Renoir donc que j'aime beaucoup mais ce n'est pas nouveau) c'est les Turner: en reproduction on a souvent  un peu l'impression que c'est juste de (très) jolies taches de couleurs, mais en vrai ils sont immenses, et magnifiques.

joseph-mallord-william-turner-02.jpg

Y retourner sera définitivement un des buts de mon prochain voyage londonien.

 

Nous sommes donc allés voir le musical La Cage aux Folles au Playhouse Theatre (une adaptation musicale tirée de la pièce dont est tiré le célèbre film dont il y a d'ailleurs eu un remake américain... Vous suivez?)

P1030262.JPG
P1030264.JPG

Et bien c'était excellent! Déjà voir des gens danser ET chanter sur scène, je trouve ça super impressionnant, mais quand en plus la plupart des danseurs/chanteurs sont des hommes, et qu'ils font tout ça en talons et en perruques, mon respect est total... Et j'ai eu droit à un casting magnifique, avec Douglas Hodge et Denis Lawson, tout les deux géniaux. (Si vous voulez tout savoir, Lawson joue un pote de Luke Skywalker dans les premiers Star Wars, et il est né à Crieff, tout comme un certain acteur ecossais cher à mon coeur, dont il est d'ailleurs... l'oncle! )

Je n'arrive pas à trouver d'extraits avec ce casting sur YouTube, mais j'ai une vidéo de la chanson phare du spectacle interprétée par John "sourire bright" Barrowman, alors vous allez pas raler.

Mon prochain but dans la vie: voir Hairspray sur scène!

23:44 Écrit par Eledhwen dans En direct d'Angleterre | Lien permanent | Commentaires (2)

01/12/2009

I went to London and all I got was this lousy title

Je crois que je fais des progrès en titre. Laughing

Alors ouais je suis retournée à Londres toute seule comme une grande (pour (re)lire l'épisode précédent, c'est par ici), et j'ai même réussi à revenir en vie, ça tient du miracle. Non parce que moi une excursion à Londres je vous planifie ça comme si je partais 15 jours en Amazonie, limite j'emmène l'anti-venin et les fusées de détresse, mais finalement ça va, c'est très survivable, mais j'hallucine encore sur la taille de la ville et la variété des coins qu'on y trouve. C'est cool. Cool

Il y a environ deux semaines j'ai donc pris mon petit train depuis Canterbury, 1h30 à travers la campagne anglaise qui est très en beauté en cette fin d'automne (et puis moi j'aime bien prendre le train en fait...)pour arriver à la gare de Charing Cross (ce nom ring a bell grave, je suis sure que cette gare était mentionnée plein de fois dans un livre que j'ai lu quand j'étais petite, peut-être un Sherlock Holmes, ou alors c'était juste une gare que j'aimais bien acheter au Monopoly... breeef...)

J'ai décidé de commencer gentillement par quelque chose qui ne soit pas trop loin de la gare, j'ai donc jeté mon dévolu sur la National Portrait Gallery. De fait c'est vraiment à cinq minutes, ya qu'à traverser Trafalgar Square et on arrive sur l'esplanade de la National Gallery (où il faudra que j'aille aussi un jour), l'entrée de la National Portrait Gallery se trouve sur le coté du bâtiment un peu plus loin.

P1020966.JPG

Alors le principe de ce musée c'est de regrouper des tableaux de tous les britanniques (voire autres) célèbres, du XVème siècle à nos jours. C'est donc un bon moyen d'enfin mettre un visage sur un nom, de réviser un peu son histoire de la Grande-Bretagne, et de découvrir de nouvelles personnalités intéressantes. Pour ma part ça m'a beaucoup plu, et j'y suis restée plus longtemps que je l'avais prévu, même en passant rapidement sur certaines salles. Et en plus c'est gratuit pour tout le monde, alors on peut y retourner autant qu'on veut.

On suit donc le trajet dans l'ordre chronologique, en commençant par les Tudor. J'ai eu une pensée émue pour mes cours d'histoire de Khâgne en (re)voyant tous ceux qui m'avaient accompagné pendant un an de cours sur l'Angleterre élisabéthaine Rolling Eyes, et j'avoue qu'il y en avait plusieurs dont je n'avais jamais vu la tête... C'était donc cool de revoir cette chère Queen Beth et tous ses potaux, Cecil, Raleigh, Sidney, Mary Stuart... Bon je vous aurais pas ressorti toutes leurs dates direct, mais je voyais globalement qui c'était, comme quoi, mon éducation n'a pas été entièrement inutile... On découvre ainsi qu'Ann Boleyn ne ressemblait pas vraiment à Nathalie Portman, ni Wolsey à Sam Neil, et que Jonathan-Rhys Meyer en Henry VIII c'est quand même un peu l'arnaque Rolling Eyes... Au milieu de tous les portraits officiels, il y a aussi un surprenant portrait en anamorphose d'Edouard VI, qu'il faut regarder d'un certain angle à travers un petit trou dans la vitrine pour que le visage déformé reprenne une forme normale. J'ai toujours été fascinée par les anamorphoses, et celle-ci est particulièrement chouette. 

Edouard VI.jpg

 

On laisse ensuite défiler les siècles, XVIIème, XVIIIème, XIXème... Et j'avoue que je suis rapidement un peu plus larguée au niveau historique, mais les légendes des tableaux et les introductions des salles suffisent à resituer un peu tout ça (j'ai ainsi appris ce qu'il s'était passé pendant la fameuse période "Regency", j'avoue que je m'étais pas troooop posé la question...)

Les salles sont alors organisées par thèmes; les sciences, les arts, les hommes (et les femmes!) politiques... C'est ici que se trouvent la plupart des portraits les plus célèbres, comme les uniques portraits à peu près attestés de Shakespeare et de Jane Austen.

Je suis tombée sur celui de Jane Austen un peu par surprise, au creux d'une vitrine dans un coin de la salle dédiée aux romantiques, ce qui n'est pas forcément l'endroit où je m'attendais à la croiser... Mais bon, elle est bien là, à quelques pas de Walter Scott qui l'admirait énormément...

CassandraAusten-JaneAusten%28c.1810%29.jpg

Ce portrait inachevé aurait été fait par sa grande soeur Cassandra, et rien que ça c'est trop austenien. Se dire que cette charmante petite chose est passée du tiroir du secrétaire d'une jeune fille à la vitrine blindée d'un des plus grands musées du monde c'est quand même assez dément. En plus j'adore les tableaux inachevés, et je ne peux pas m'empêcher de me demander pourquoi celui-ci n'a jamais été terminé: parce que ça les faisait juste marrer cinq minutes mais qu'elles en ont eu vite marre? Parce qu'il était raté?
Bon là vous ètes tous en train de vous barrer sur la pointe des pieds en disant "bon on va la laisser toute seule avec ses amis de dedans sa tête hein..." Laughing mais voilà, moi je trouve ça vachement dingue.

Il y a aussi le célèbre portrait des soeurs Brontë peint par leur frère Branwell, peintre raté et alcoolique. La toile a été retrouvée pliée en quatre en haut d'une armoire par la nouvelle femme du mari de Charlotte, et tout comme pour Jane Austen c'est assez impressionnant de voir le chemin qu'elle a parcouru,  on voit même encore les traces du pliage...

bronte sisters.jpg

Puis on arrive dans une salle plus moderne consacrée aux personnalités du début du XXème siècle. Bon il y a tout le monde, Virginia Woolf et ses potes de Bloomsbury, Aldous Huxley, Beatrix Potter (petite mamie adorable, on a trooop envie qu'elle vienne nous raconter une histoire et nous dessiner des lapins rabbit...)... Et les styles varient un peu, du tableau classique à la sculpture en passant par le rapide croquis (il y a notamment un portrait de Ted Hughes par Sylvia Plath que j'ai trouvé super impressionnant... Il faut dire qu'il avait quand même un peu une drôle de tête ce mec... et qu'elle était quand même un peu grave cette fille...)

_40855216_hughes.jpg

Malheureusement je n'ai pas pu voir l'intégralité de la suite puisque les salles des années 60 aux années 90 étaient fermées, et que c'était un peu le souk du coté des salles post-90's à cause de l'expo Beatles to Bowie (qu'il faudra que j'aille voir parce que ça a l'air sympa, mais elle est encore là jusqu'au 24 janvier alors ça me laisse le temps de revenir) J'ai quand même vu une parti des dernières acquisitions où ça part grave en live: il y a un immense tableau de Judi Dench, un horrible portrait de AS Byatt qui semble avoir été fait par sa petite fille de 4 ans, et un autoportrait d'un artiste dont j'ai malheureusement oublié le nom qui nous propose un moulage de visage fait avec... son propre sang cryogénisé... C'est assez spécial, surtout quand on sait qu'il doit renouveler le sang tous les 5 ans... Rolling Eyes

Après cette longue visite culturelle, j'ai fait une petite pause au Pret à Manger du coin afin de reprendre des forces pour continuer ma fabuleuse aventure. Puis je suis repartis pour remonter Charing Cross Road.



Alors Charing Cross Road, c'est la rue qui sépare le quartier branché de Soho du tout aussi branché quartier de Covent Garden. Autant vous dire que ça fait beaucoup de branchitude pour un seul endroit. Il y a globalement deux types de bâtiments sur Charing Cross Road: des théâtres, et des librairies et bouquinistes. Forcément c'est un endroit où il fait bon passer son après-midi...

P1020971.JPG
P1020975.JPG
P1020978.JPG

 (c'est pas tous les jours qu'on croise une chaussure à talon géante quand même...)

P1020987.JPG
P1020989.JPG
HAIRSPRAYYYYYYYYY!!! drunken drunken you can't stop the beat!!!
*
P1020979.JPG
P1020981.JPG
P1020983.JPG

(des grues, des ruelles glauques, et re des grues... mais c'est photogéniques les grues...)

Bref c'était fort sympathique. J'ai fini par arriver à Tottenham Court Road, ou c'était un peu le bordel à cause de travaux, mais après quelques errances je suis enfin tombée sur Forbbiden Planet.

Alors Forbidden Planet... Vous voyez dans The Big Bang Theory quand Raj parle du Nerdvana? Et ben voilà Forbidden Planet c'est un peu ça, juste la boutique la plus geek du monde, où vous pourrez trouver tous les produits dérivés dont vous avez toujours rêvé, et même ceux que vous n'aviez jamais osé imaginer. Laughing

P1020985.JPG

On y trouve donc de tout, des porte-clef Torchwood pour mettre les clefs du SUV, à peu près tout ce qu'on veut avec les pochettes d'album des Beatles dessus, des R2D2 en peluche, l'intégral des DVDs de Star Trek et de Doctor Who (sachant qu'à eux deux ça doit bien faire au moins dans les 60 saisons... Rolling Eyes), des T-shirt Simpson, tout un tas de kitscheries Twilight, et bien sur toutes les figurines Star Wars du monde et à peu près tous les comics possibles...

Bref on pourrait y rester des heures, surtout que forcément le public est presque aussi intéressant que le contenu... En tout cas ça vaut le coup rien que pour regarder, même si c'est quand meme difficile de repartir les mains vides... Pour ma part j'ai été gravement raisonnable, j'ai juste acheté cet adorable mini TARDIS:

P1030015.JPG

En fait à la base c'est un truc pour mettre dans la voiture pour que ça sente bon (oui ils savent plus quoi inventer...) donc pour l'instant je le laisse près de la fenêtre parce qu'il pue un peu la mort Laughing... Du coup il protège mes bananes, parce que "bananas are good, full of potassium" Cool)

J'ai aussi craqué sur une boîte de Tragic Toys, ces petites figurines inspirées des personnages du recueil de poèmes de Tim Burton, la Triste Fin du Petit Enfant Huître, et autres histoires. ça faisait vraiment longtemps que j'en voulais, et elles étaient à un prix tout à fait décent: 

P1030023.JPG

Staring Girl, Brie Boy et the Pin Cushion Queen. Cette dernière est un de mes personnages préférés, et j'adore la petite tête d'ahuri de Brie Boy, Staring Girl est aussi toute mignonne.

P1030025.JPG

"Life isn't easy for the Pin Cushion Queen. When she sits on her throne pins push through her spleen."

 

Le temps que je sorte l'après-midi était déjà bien avancée, et il faisait bien nuit (forcément il devait être genre 17h...) mais j'ai décidé de continuer quand même sur ma lancée, quitte à ne pas faire tout ce que j'avais prévu, j'ai donc pris le métro pour South Kensington, quartier un peu bobo du Sud-ouest de la ville.

En sortant de la station, je me suis précipitée vers un point de chute stratégiquement choisi, à savoir The Hummingbird Bakery, qui est juste une des meilleures boutiques de cupcakes américains du monde. drunken

L'intérieur est trop choupi, rose et chocolat, et tout est tellement joli qu'il est difficile de savoir ce qui est mangeable et ce qui fait partie de la déco. Et évidemment les cupcakes sont aussi délicieux que photogéniques.

P1020992.JPG
P1020993.JPG

 *bave*

Après cette délicieuse petite pause, j'ai été attirée par les jolis bâtiments de Old Brompton Road, et j'ai décidé de continuer à la descendre jusqu'à la prochaine station de métro. J'ai bien aimé ce coin qui faisait du bien après le bouillonement de Charing Cross Road. On croise peu de touristes et des magasins moins délirants (même si assez luxueux), on sent qu'il y a des vrais gens qui habitent ici, même si ça doit être des vrais gens pas franchement dans le besoin... Serieusement, vu les intérieurs que je pouvais apercevoir à travers les fenêtres allumées j'ai plusieurs fois songé à frapper à la porte pour demander si on pouvait pas m'adopter... Rolling Eyes

P1020998.JPG
P1030002.JPG

J'ai fini par déboucher dans Earl's Court Road où se trouvait la prochaine station de métro.
Lorsque tout à coup, que vois-je, négligemment garé devant la-dite station???

P1030005.JPG

Oui, oui... C'est bien ça... un vrai TARDIS!!! Shocked drunken drunken drunken 

P1030008.JPG

Alors là mon cerveau est parti au quart de tour...  J'étais déjà en train de me dire que ça y est, le Docteur était enfin venu me chercher, et j'allais même pas avoir besoin de reprendre le train pour rentrer, j'étais déjà en train de réfléchir à l'endroit où j'aurais envie d'aller en premier drunken (je pense que je commencerais par un voyage dans le passé, je pourrais aller voir Socrate, ou faire un petit tour au Moyen-Age, ou assister à l'inauguration de la Tour Eiffel...), quand je me suis rappellé que, en effet, j'avais lu quelque part qu'il y avait un TARDIS qui trainait près d'une station londonienne, j'avais juste un peu zappé laquelle... Reste que ça fait quand même bizarre.

J'explique pour les non-initiés: il s'agit d'une police box, une sorte de cabine téléphonique qui s'est répandue au Royaume-Uni dans la première moitié du XXème siècle, et qui servait à contacter rapidement la police à l'époque où les téléphones portables n'existaient pas encore. L'intérieur de la cabine pouvait servir de mini-comissariat d'appoint, par exemple pour garder des gens au frais en attendant les renforts viennent les chercher... La chose a bien sur progressivement perdu son utilité, mais on en trouve encore quelqu'unes abandonnées dans des coins de rues, celle-ci est une copie datant de 1997 mais elle n'est plus utilisée depuis quelques années.

Et si je suis en émoi devant une cabine téléphonique Rolling Eyes, c'est parce que dans Doctor Who le vaisseau spatio-temporel (le TARDIS donc) du personnage principal a la forme d'une police box, ce qui lui permet de se fondre à peu près dans le paysage. Dans la fiction on nous explique que c'est parce que la fonction camouflage du vaisseau s'est bloquée alors que le Docteur faisait un petit tour dans les années 50... Dans la vraie vie, je pense que c'est parce que c'était vaaaaachement plus facile à designer qu'un "vrai" vaisseau spacial, et surtout tellement plus british... (la série est tellement populaire en Angleterre que maintenant c'est surtout grace à elle que les dernières police boxes subsistent.)

Voilà, c'était la minute culturelle du jour.
(JEUX pour les geeks: saurez vous retrouver dans quel épisode le Docteur donne une partie de toutes ces explications? Cool)

Ensuite et bien il ne me restait plus qu'à reprendre le métro, puis le train. Je ne pense pas avoir le temps de revenir d'ici Noël, mais je n'en ai pas fini avec South Kensington et Chelsea... ni même avec Londres!

23:48 Écrit par Eledhwen dans En direct d'Angleterre | Lien permanent | Commentaires (13)